Connect with us

SOCIETE

A Kinshasa, TikTok, une machine de légèreté chez les filles

Avec près d’un Congolais sur quatre connecté à Internet, la RDC fait partie des nations ayant le plus grand nombre d’internautes en Afrique francophone. Des réseaux comme TikTok croissent de façon exponentielle avec de nombreuses influenceuses ayant dépassées les 500 000 abonnés.

TikTok est décrié depuis des années par les associations de protections des mineurs ainsi que par les parents inquiets de l’influence négative que peut avoir ce réseau social sur leurs enfants.

C’est triste à Kinshasa, de voir comment ce réseau [TikTok ndlr] est en train d’abrutir les jeunes dames. Toute tendance, étudiantes, soeurs en Christ, élèves, etc. Elles dansent, dindinent et monologuent à l’occasion de rien, sans motif clair avec des extraits de dialogue obscènes. Tout une séquence vidéo de légèreté sans en tirer une leçon de vie ou un humour responsable.

Brenda revient de l’université. Comme des centaines de milliers des jeunes filles, elle est aussi active sur le réseau TikTok. Elle y a même une certaine notoriété, avec 57 000 abonnés et 2 millions de « j’aime ». Dans les courts clips vidéo qui font le succès de cette application d’origine chinoise, qui rivalise aujourd’hui avec Instagram, elle fait du playback devant sa caméra sur des chansons de rap français ou partage ses « outfits », ses vêtements du jour. A une différence près : Brenda n’apparaît qu’avec une petite jeans entaillée montrant toutes ses cuisses brunâtres.

Un choix qu’elle revendique fièrement, sourire aux lèvres. « Quand je cause avec mon ex pour parler de ma relation avec mon nouveau gars », écrit-elle en guise de légende à un clip.

Dans ce contexte, TikTok annonce qu’il va mettre en place une option réservée aux adultes. Le réseau étant au cœur de polémiques ces dernières semaines avec notamment les utilisateurs qui ont trouvé une faille pour pouvoir partager des photos de leur sexe ou encore des hommes qui paient des jeunes filles pour se dénuder en live.

Ces nouvelles fonctionnalités sont donc conçues pour protéger les mineurs contre les contenus et comportement inappropriés. « Dans les semains à venir, nous prévoyons d’introduire une façon pour les créateurs de choisir s’ils préfèrent n’atteindre qu’un public adulte dans leur vie », indique la plateforme dans un communiqué.

Il est impérieux de faire des bons choix dans la vie. Les filles doivent prendre conscience que la recherche abusive de vues ou des likes, ce n’est pas cela la vraie vie. A en croire certains observateurs, Il serait plutôt mieux de travailler dur afin de gagner la vie, mais via un métier fixe et clair. « Tu veux être une comédienne ou chorégraphe, tu peux exercer cela sur TikTok sans pour autant se denuder en fixant la caméra uniquement sur la hanche », conseillent-ils.

Nicolas Kayembe

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *